Ville de Vouziers
Accueil > Tourisme et patrimoine > > Le Curieux Vouzinois n° 93 est paru

Le Curieux Vouzinois n° 93 est paru

Sommaire

Merci, Guy (Le comité de rédaction)

Les Templiers à Vouziers (Emmanuel Grossin)Rue du Froid Manteau à Vouziers (photo E. Grossin)

L’arrondissement de Vouziers dans Le Petit Ardennais en 1913 (Florent Simonet)

La guerre à neuf ans (Yvonne Ernoux)

Gustave Trantelle, résistant (texte communiqué par M. Le Scaon)

Les origines du centre de secours principal du corps des sapeurs-pompiers de Vouziers (Jean-Marie Martinet)

Courrier des lecteurs : la stèle allemande de Machault (Jean-Marie Martinet)

Vient de paraître (Robert Darcq).

 

Dans ce numéro, vous lirez :

 

Couverture du Curieux Vouzinois n° 93

Isabelle Quentin-Juhlès, notre nouvelle illustratrice signe sa première couverture : La Caisse d’Épargne de Vouziers.

En effet Guy Colinet a cessé ses fonctions au sein de notre revue. Celle-ci s’ouvre sur un vibrant hommage à l’illustrateur du Curieux Vouzinois qui a réalisé quatre-vingt-dix-huit couvertures et de nombreux dessins en trente ans de collaboration.

Puis Emmanuel Grossin évoque la présence des Templiers à Vouziers pendant une longue période de six siècles. Quelques signes restent pour rappeler leur histoire : une croix de Malte sur les autels de l’église, une croix de fer forgé sur la chapelle de l’hôpital, une ancienne minoterie en bordure de l’Aisne, des bois à la sortie de la ville, une ferme au nom intrigant à l’écart dans la campagne…

Florent Simonet nous fait découvrir, à travers Le Petit Ardennais, les événements du Vouzinois en 1913 : « La nouvelle Caisse d’Epargne, sise rue Bournizet, ouvrira ses portes aux déposants "aujourd’hui dimanche" 5 octobre. La salle réservée au public est vaste et superbe de décors ; les bureaux et guichets se trouvent au fond de cette salle et sont éclairés par trois immenses fenêtres. À droite, dans une petite salle, se trouvent les archives et le coffre, tandis qu’à gauche deux pièces sont réservées au caissier (cuisine et salle à manger).»…

Yvonne Ernoux raconte sa guerre à travers ses yeux d’enfant de neuf ans.

… « C’est en quarante que l’événement est arrivé : on a eu un masque à gaz.
Un matin la directrice de l’école communale de Nouzonville, Mademoiselle Parlier, est entrée dans la classe en personne pour remettre à chaque élève une boite grise, cylindrique et longue, équipée d’une courroie. D’abord il a fallu l’ouvrir – ce qui n’était pas facile à cause de la courroie qui faisait à la fois office de fermeture de sûreté et de bandoulière – puis en sortir un horrible objet à l’odeur de vieux caoutchouc. La directrice, nous a expliqué l’usage de cette sorte de groin de cochon. »… 

En janvier 1996, disparaissait à Mouron Gustave Trantelle, 83 ans, adjudant retraité de la Garde Républicaine. Voici le compte rendu qu’il rédigea sur son activité dans la Résistance au groupement Libre-Patrie, capitaine Pascano dit Fredon.

 

Jean-Marie Martinet nous rappelle les origines des pompiers de Vouziers : « Quelques jours après la défaite de Waterloo (18 juin 1815), des soldats de la coalition occupent Vouziers. Parmi eux, des Hessois, réputés pour leur brutalité. Dans la nuit du 17 au 18 juillet 1815, quelques occupants cantonnés dans les granges du cultivateur Marland, situées au bas de la place, allument, par imprudence, un incendie qui « consuma cinquante espaces de bâtiments, malgré les efforts des habitants et de la garnison et réduisit à la misère vingt deux ménages… Les incendies monstres de 1815 incitent la municipalité à compléter les deux pompes à incendie, acquises le 11 février 1802, et remisées aux anciennes prisons.»…

Pour en savoir davantage, procurez-vous rapidement Le Curieux Vouzinois n° 93.

Pour savoir où vous pouvez vous le procurez, cliquez ici.

Retour en haut de la page
 
Ville de Vouziers
Hôtel de ville
Place Carnot - BP20 - 08400 Vouziers
Tél. 03 24 30 76 30 - Fax 03 24 30 76 50