Ville de Vouziers

Sommaire du Curieux Vouzinois n° 92

 

Sommaire

Au temps du Certificat d’Études Primaires (Jacques Musset-Florent Simonet)

28 août 1870 : Falaise brûle ! (Florent Simonet)

Ce camp situé sur le territoire de Falaise est également cité plusieurs reprises dans le roman La Débâcle d'Emile Zola.Marraine de guerre (Gabriel Gerson)

Témoins du passé : école de filles de Savigny-sur-Aisne, 1933 (Annette Nicart)

Papaver Rhoea : le retour (Bernard Destombe)

Courrier des lecteurs : la stèle allemande de Machault (Jean-Marie Martinet)

Vient de paraître (Michel Coistia).

 

 

Dans ce numéro, vous lirez le texte de Jacques Musset évoquant le Certificat d’études :

 

« Le couperet de la dictée

Comme la dictée était éliminatoire (pour plus de cinq fautes, on était recalé, quel que soit le total des points), c’était un travail intensif avec remise permanente sur le chantier des règles les plus difficiles, l’accord du participe passé en ayant fait transpirer plus

 d’un. On faisait des dictées à tout bout de champ et le livre Bled où étaient consignées les grandes règles de l’orthographe et de la grammaire, faisait autorité. On nous dit qu’il le fait encore. Tant mieux…

 Il fallait s’exe


La terreur de la règle de trois
rcer à l’analyse, à la conjugaison, aux explications de mots, tout ce qui constituait ce qu’on appelait les questions de dictée. La rédaction… Les sujets en étaient souvent « bateau », et on se limitait à un étroit périmètre. Les mêmes thèmes revenaient souvent. Gare à l’orthographe négligée, à l’écriture désinvolte. On écrivait d’ailleurs à la plume et à l’encre et les pleins n’étaient jamais suffisamment appuyés ni les déliés suffisamment élégants. Le maître y veillait, l’œil sévère, les mains derrière le dos, le souffle dans le cou de l’élève appliqué.

Les problèmes ! Terreur de ceux qui, bien évidemment, n’avaient pas de machine à calculer et devaient connaître par cœur les tables de multiplication. Une seule erreur, et tout était par terre. Les pires censeurs, au moment de la correction, n’hésitaient pas à sabrer le devoir d’un zéro virulent, ignorant le raisonnement parfois exact. Cette règle s’assouplit quelque peu par la suite et on en revint à une plus juste mesure.

Il y avait les chants imposés dont la Marseillaise et le Chant du Départ, et puis les autres, sortes de rossignols, souvent les mêmes. La diversité ne vint que plus tard, sous l’injonction d’inspecteurs frais émoulus qui incitaient à piocher davantage dans le florilège national. Nous parlons ici des récitations. Le candidat en avait sélectionné cinq et le jury choisissait.

Les maîtres ne négligeaient rien pour la préparation de leurs élèves. Certains mettaient un point d’honneur à présenter tous les élèves du cours, quel que fût leur niveau… »

 

Pour en savoir davantage, procurez-vous rapidement Le Curieux Vouzinois n° 92.

Où vous pouvez vous le procurez

> Actualités

Retour en haut de la page
 
Ville de Vouziers
Hôtel de ville
Place Carnot - BP20 - 08400 Vouziers
Tél. 03 24 30 76 30 - Fax 03 24 30 76 50